Opération opéra

Opération opéra

Vous me prendrez tous les matins au lever deux préludes et une fugue de Bach

Tels sont les mots d’Eve Rugierri dans une émission de Radio Classique où elle revenait sur les habitudes d’un musicien. Une prescription qui peut faire sourire, qui sonne désuète à l’heure de la course contre la montre et des nouvelles technologies. Et pourtant, sans avoir un amour particulier pour les fugues de Bach (que je ne connais pas), je me dis qu’un peu de musique classique pourrait vous intéresser.

Je ne suis pas calée sur l’opéra, le ballet et la musique classique. Je sais grosso modo ce que sont des arpèges, un pas de deux et je commence à reconnaître certains morceaux. Je consulte wikipédia pour reconnaître un pas de danse classique (sauf un grand écart, ça, on me la fait pas).

Et pourtant, qu’est-ce que j’aime la musique classique. Ca ne date pas vraiment d’hier. J’ai adoré la musique du Carnaval des Animaux, l’aquarium composé par Camille de Saint Saens quand je l’ai entendu pour la première fois … dans le podcast Reflets d’Acide.

Quelques généralités

 

On va poser un distinguo simple qui aidera tout le monde à comprendre mais fera écarquiller d’horreur les yeux des musicologues. Le ballet, c’est des gens qui dansent et pas trop de paroles, beaucoup de danse avec des figures qu’on retrouve très souvent comme le pas de deux ou le fouetté. L’opéra, ce sont des gens qui chantent une histoire. Dans les deux cas, on porte de jolis costumes et on fait de grands gestes pour que tout le monde puisse bien admirer et comprendre.

C'est parfois aussi subtil que la pièce de théâtre dans Moulin Rouge ! De Baz Luhrmann.
Ok, au niveau du jeu … c’est parfois aussi subtil que la pièce de théâtre dans Moulin Rouge ! De Baz Luhrmann. Mais je suppose que c’est parce que les gens sont loin dans la salle.

Quand j’ai commencé à rédiger cet article, il est vite devenu très long. Je me contenterai donc d’un petit focus sur l’histoire de l’opéra, avant de parler d’opéra plus généralement. Vous trouverez ici une version détaillée de l’histoire de l’opéra, rédigée par la Réunion des Opéras de France, la ROF qui a pour but d’informer sur l’opéra et le valoriser en France métropolitaine.

Comme le dit cet article de Madmoizelle, l’opéra a souvent été le lieu où se montrait.Ca explique que les grands compositeurs aient souvent eu des mécènes prestigieux. Oui, c’est toi que je regarde, mon petit Piotr Ilitch Tchaïkovski. #NadejdaVonMeck #verserunerentre #amouràsensuniqueunpeutragiquequandmême.

Que nous apprennent ces différentes histoires sur l’opéra ?

      • plusieurs courants se sont opposés, il en résulte plusieurs types d’opéra. L’opéra bouffe est plus léger que l’opéra seria (seria comme « sérieux » et pas « série », j’ai été moins bête en l’apprenant)

 

    • beaucoup de thèmes ont eu trait à l’Antiquité ou avaient pour rôle de flatter les élites. Si on n’est fan ni de l’un ni de l’autre, il y a encore des opéras sur quantité d’autres sujets et de quoi y trouver son compte

Bourgeois ? Hors de prix ?

 

Vous devriez faire comme les jeunes et écouter de la musique classique avec un casque

Toujours l’amie Eve Ruggieri. J’ai fait l’expérience, le fait d’avoir un casque (à condition d’avoir une retransmission de bonne qualité) permet de profiter de tous les instruments. Ce sera sans doute un peu plus fatiguant pour les retransmissions longues si vos écouteurs / votre casque ne sont pas confortables, mais au niveau qualité ça se place bien au-dessus d’une chaîne hi-fi vieillotte ou de ce qui sort d’un ordinateur.

Un strip de Cy, disponible sur le site madmoizelle.com en cliquant sur l'image
Un strip de Cy, disponible sur le site madmoizelle.com en cliquant sur l’image

J’ai franchement de la chance niveau culture puisque j’ai déjà pu voir plusieurs opéras. Je sais que les tarifs se sont démocratisés depuis quelques temps (pas trop tôt) et que dans une grande ville comme Lyon il est possible d’aller voir un opéra pour 10 euros. Le site medici propose aussi des abonnements pour les étudiants. Il y a aussi beaucoup de retransmissions sur le net, même gratuites (bon, pas sûr que ça soit bien légal mais on va supposer que les ayants droits voulaient populariser le genre).

Si vous avez la chance d’en voir un « en vrai », que ce soit en retransmissions cinéma (Pathé et Ugc s’y mettent beaucoup) ou directement à l’opéra, foncez. Contrairement à l’image d’Epinal de l’opéra robe-du-soir-jumelles-queue-de-pie, il n’y a pas besoin d’être sur son 31 et de porter des vêtements hors de prix.

L’opération opéra

 

Je me lance cette année un projet ambitieux pour cette année scolaire : regarder un opéra toutes les deux semaines (plus dans l’idéal mais vu leur durée, je ferai avec les moyens du bord). Ca fait un moment que je me dis qu’il y a des oeuvres assez fondamentales et que vu que le sujet m’intéresse depuis quelques années, il serait temps de m’y mettre.Je vis dans une ville trop polluée pour regarder les étoiles, autant faire passer l’opéra en tête de mes listes de loisir !

Je partage avec vous cette petite liste, sur laquelle je compte revenir au fur et à mesure de l’année pour vous présenter.

      • Casse-noisette, Tchaïkovski

 

      • Le vaisseau fantôme, Wagner

 

      • Le lac des cygnes, Tchaïkovski (le retour)

 

      • Le roi Carotte, Offenbach

 

      • La damnation de Faust, Berlioz

 

      • La flûte enchantée, Mozart

 

      • Prince Igor, Borodine

 

      • Giselle, Adolphe Adam

 

    • Madame Butterfly, Puccini

Bien sûr, si je veux vous apporter une critique plus intéressante que « le premier rôle a de biens jolies fesses », il faut que je remette en contexte. Alors on va essayer ça. Vulgariser des pas de danse, partager l’histoire du compositeur, remettre la pièce dans son contexte, prendre du recul sur le sexisme ou le racisme (et les autres choses en isme pas sympa). En parler de manière décomplexée.

 

Et si trouvez que l’opéra ça a l’air nase, si vous adorez ça depuis l’enfance, si vous voulez savoir ce que c’est qu’un fouetté (à part un nom qui ressemble à un dessert), eh ben venez en parler.

Publicités

4 réflexions sur “Opération opéra

  1. Je ne connais vraiment pas grand-chose en matière d’opéra, voire rien du tout, on ne va pas se mentir. J’ai seulement une fois « Nabucco » quand j’étais encore au lycée (programme d’histoire de l’art, toussa toussa) et je n’en garde pas vraiment un super souvenir. D’ailleurs, le seul souvenir que j’en ai, c’est que c’était extrêmement long (mes amies s’étaient endormies d’ailleurs, je me suis retrouvée seule et démunie parce que moi, j’ai refusé de dire oui au sommeil)…
    Cela dit, je rêve secrètement de voir « Mme Butterfly » de Puccini et Le lac des cygnes de Tchaïkovski. Les musiques qui en proviennent m’ont presque toujours donné des frissons. J’attends de voir tes articles avec intérêt, en tout cas !

    Aimé par 1 personne

    1. Merci de ton commentaire, et bienvenue ici (je crois).
      Nabucco ne m’a pas tentée, je crois que j’en regarderai d’autres avant de choisir celui-là, du coup ! (:
      Je compte lire « Madame Chrysanthème » de Pierre Loti qui a inspiré Madame Butterfly, Et peut-être aussi voir Black Swan pour en parler dans l’article sur le Lac des cygnes ! Il y a plein de choses à dire, ce sera dur de ne pas faire des articles trop longs !

      J'aime

  2. Je ne suis pas très instruite en matière d’opéra non plus, mais ceux que tu proposes semblent de bons classiques de base. J’ai toujours fait un petit effort pour me familiariser avec la musique dite « classique », j’étais consciente que culturellement ça pouvait être dommage de faire l’impasse mais je ne pouvais pas dire que j’aimais ça.

    Après j’ai commencé à travailler sur Hannibal Lecter dans le cadre de mon mémoire, ce personnage est lié très profondément à la musique classique, du coup je m’y suis intéressée avec les romans en toile de fond réflexive et avoir un angle d’approche m’a aidé à apprivoiser le classique et finalement à l’apprécier. Aujourd’hui je ne me lasse plus de l’Aria (Bach), non seulement parce que je la trouve belle, mais peut être aussi parce qu’elle a acquis du sens pour moi.

    Nb : Reflets d’Acide 😍

    J'aime

    1. Un très bon moyen de commencer le classique, ce sont les cds « j’aime pas le classique mais ça j’aime bien », et pour l’opéra d’aller en voir un retransmis au cinéma. On se retrouve dans le cadre familier du cinéma et on profite un peu du cadrage (les acteurs sont filmés sous différents angles, avec parfois des interviews pendant l’entracte), je trouve ça vraiment pas mal.
      Je crois que je vais aller écouter cette aria, moi !

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s