A Christie for Christmas : Le chat et les pigeons

A Christie for Christmas : Le chat et les pigeons

Aujourd’hui, nous parlerons d’une affaire géopolitique qui a des répercussions jusque dans un pensionnant pour jeunes filles guindé d’Angleterre. Des répercussions meurtrières, puisque plusieurs crimes s’y déroulent. Je n’en dirai pas plus, hormis que le célèbre détective crée par Agatha Christie sera de la partie aussi. Pas de panique, l’histoire est accessible à tout le monde, même quand on n’a jamais lu un roman policier ou un livre de la reine du crime !

Un livre pour qui ? Vos potes qui ont a-do-ré la série Gossip Girl et son ambiance de pensionnat / huit clos, vos amis amateurs de moustaches et détectives à tête d’oeuf, les gens qui ont envie de découvrir une oeuvre qui remplit plein de fois le Bedchel Test

Im-po-ssible de faire un article de blog sur l’œuvre d’Agatha Christie sans parler de son célèbre détective belge. Hercule Poirot, l’homme qui fait marcher ses célèbres petites cellules grises pour résoudre les meurtres est un personnage pour lequel j’éprouve une grande affection. Parce qu’il reste terriblement humain.

« … et il porte la moustache comme personne », devrait-on ajouter. (Enfin, comme plein de monde mais il l’assume vraiment bien)

A propos du personnage de Hercule Poirot

Loin des modèles de vertu comme Blake et Mortimer qui représentent des enquêteurs « boostés », Hercule Poirot est frileux, aime bien manger et je ne me souviens pas l’avoir vu courir (je le soupçonne de ne pas être très en mesure de le faire). Les personnages sus-mentionnés correspondent à une figure archétypale du héros. Prenons l’exemple de Mortimer. Il est passionné, en excellente condition physique (je ne ferai pas la liste des situations où il court après un criminel), c’est un physicien de renom (Olrik se garde de le tuer pour essayer régulièrement de l’enlever), il parle couramment plusieurs langues (son français est félicité), il est passionné d’archéologie …

Philip Mortimer et Hercule Poirot sont des personnages réussis parce qu’ils sont attachants. Mais l’identification à Hercule Poirot, et les émotions qu’il provoque (le rire, la connivence par l’humour) sont différents.

Dans le Crime de l’Orient Express (cœur avec les doigts), traduit par Jean-Marc Mendel, voici ce qui est dit du détective :

M. Poirot avait d’abord pensé qu’il se satisferait d’observer l’activité de la gare sous la protection de sa vitre. Mais, au bout de dix minutes, il jugea qu’après tout, prendre un peu l’air ne lui ferait pas de mal. Il se livra à de prudents préparatifs, prenant soin de revêtir une armure composée de divers manteaux et écharpes, et d’envelopper de protections en caoutchouc ses bottines cirées à miroir. Ainsi attifé, il descendit avec précaution sur le quai, dont il parcourut toute la longueur.

Pas le modèle du détective le plus impressionnant du monde, n’est-ce pas ? Dans l’univers développé par Agatha Christie, Hercule Poirot est pourtant notoirement célèbre. C’est d’ailleurs une des choses intéressantes dans ce livre : les personnages connaissent son existence et lui permettent d’entrer en scène tardivement. Aucune trace de l’inspecteur dans une grande partie de l’histoire, jusqu’à ce qu’un personnage décide de se fier à sa réputation. C’est un très bon moyen de commencer les œuvres qui abordent Hercule Poirot. Pas de background compliqué à assimiler, pas de multiples personnages secondaires autour de ce personnage comme dans une série policière.

A propos du roman Le chat et les pigeons

Je vous propose de parler de cette œuvre en évoquant également le téléfilm de James Kent diffusé en 2008 pour la première fois (et que je soupçonne de réapparaître aux moments creux du calendrier télévisuel, comme les fêtes). Il s’agit d’un téléfilm, l’action n’est pas menée de la même manière que dans une série gros budget, mais j’ai trouvé que cette adaptation a de bonnes qualités.

Le roman a eu suffisamment de succès pour être adapté sous le titre Le chat et les souris, et transposé en France en 2010 dans la série
Le roman a eu suffisamment de succès pour être adapté sous le titre Le chat et les souris, et transposé en France en 2010 dans la série « Les petits meurtres d’Agatha Christie »

Le début, notamment, met en scène un parallèle très intéressant. Dans Le Chat et les Pigeons, les premiers moments ouvrent sur une histoire se passant dans Ramat renversée par un coup d’Etat, pour prendre place dans un pensionnant anglais guindé. Ici, le contraste entre les deux est particulièrement frappant : bruit et mouvement pendant la révolution, calme et discipline dans le pensionnat qui fait sa rentrée des classes. Nous y retrouvons une princesse qui a d’abord étudié dans un pensionnat en Suisse. Le personnage de la princesse, fiancée du prince Ali Yussuf qui est mort dans le coup d’Etat. La princesse nous est rapidement présentée comme une personne exigeante, faisant plus que son âge et d’un caractère bien trempé.

De la lumière est aperçue en pleine nuit, dans le pavillon des sports. Croyant à la rencontre entre une pensionnaire et un jeune homme, un membre du personnel s’y rend et … y trouve la mort. Mais ce ne sera pas le seul crime commis dans ce pensionnat sans histoires.

Nous suivons l’histoire tant en se concentrant sur les pensionnaires que sur le personnel de l’établissement. Un gynécée ou peu s’en faut, c’est un des aspects agréables dans cette œuvre. Il y a une multitude de personnages féminins très différents. Une professeure de sport assez insupportable, une française pince-sans-rire, un jeune jardinier venu d’on ne sait où, la directrice qui a à cœur de protéger son établissement … Je vous invite à regarder ce lien pour avoir plus de détails sur les personnages.

Différence marquante entre le roman et le téléfilm, Hercule Poirot est invité d’honneur pour la remise d’un prix dans l’adaptation en téléfilm. C’est à mon sens dommage : la force du roman reposait sur le fait que ses héroïnes étaient, au moins en partie, des adolescentes. Je ne taris pas d’éloges sur l’œuvre d’Agatha Christie et laissez-moi vous dire que les jeunes filles dépeintes par l’auteure sont réalistes. Leurs relations sont ressemblantes, la manière dont leurs parents s’inquiètent pour elles sont très crédibles également. En sous arc narratif, la question de la nouvelle directrice de l’établissement (l’actuelle désirant prendre sa retraite, c’est pas de chance d’avoir des meurtres juste avant ma bonne dame) nous invite à nous pencher sur les différentes femmes du personnel.

Il me serait difficile de parler plus du roman sans vous dévoiler une partie de l’histoire et vous gâcher le plaisir de la découverte. Quelques points qui font qu’il mérite d’être mis sur votre pile de lecture :


    • C’est un huit clos, ce qui veut dire que le personnage du coupable est dans l’école, que vous pouvez le démasquer vous-même à condition de faire attention aux détails distillés par Dame Agatha
    • Il y a plusieurs intrigues secondaires, dont le choix d’une nouvelle directrice. Ces différents arcs narratifs s’entremêlent et c’est une bonne construction de roman
    • L’oeuvre fait la part belle aux personnages féminins. Je sais que j’en ai déjà parlé, mais c’est vraiment agréable de voir cette diversité de caractères et de physiques

Et si avec ça, vous n’êtes pas convaincus … On parlera d’espionnage et vie de couple au prochain article !

Publicités

Une réflexion sur “A Christie for Christmas : Le chat et les pigeons

  1. Je l’ai lu il y a fort longtemps et je me réjouis de penser qu’il devrait pas tarder à revenir sur ma PAL avec mon petit marathon Agatha Christie.

    « et je ne me souviens pas l’avoir vu courir » = dans l’un des premiers tomes on le voit s’agiter et courir, mais dans mon souvenir c’est plutôt décrit comme s’il trottinait.

    Hercule Poirot est vachement intéressant pour tout plein de raisons, l’une d’entre elles étant qu’on a effectivement un personnage d’enquêteur assez éloigné des normes de genres qu’on connait aujourd’hui.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s