Méthode Konmari, le test

Méthode Konmari, le test

Tout le monde a entendu parler de Marie Kondo (même ma belle-mère), cette charmante japonaise qui nous explique sa méthode respectueuse des objets dont nous restons tous abasourdis au premier abord (même ma belle-mère).

Je romance peut-être un peu, mais la Méthode Konmari expliquée dans la Magie du Rangement (un oxymore aussi beau que l’obscure clarté qui tombe des étoiles) s’est vendue à beaucoup d’exemplaires. Des articles de blog ont fleuri là-dessus par dizaines. Si vous deviez n’en lire qu’un hormis celui-ci puisque ça va sans dire, je vous conseille celui de To You From LenaTo You From Lena.

la magie du rangement marie kondo minimalisme

N’empêche que la méthode Konmari a eu un effet non négligeable sur ma vie.

Read more

Publicités
Sociologie et Saint Valentin

Sociologie et Saint Valentin

Lorsque j’étudiais un peu la sociologie à l’université, j’ai pu travailler sur le genre. Le texte qui m’a le plus marquée est La découverte du conjoint de Michel Bozon et François Héran. Il semble que le premier soit le plus influent des deux.
Les sociologues nous expliquent plusieurs choses qui me semblent intéressantes en période de films romantiques et de pression sur le fait d’être en couple. En bref, de Saint Valentin.
socio-saint-valentin
Mauvais genre de Chloé Cruchaudet, une BD poignante dont je vous parlais ici.
La manière dont les jeunes hommes et femmes décrivent la toute première impression produite par leur nouveau partenaire correspond assez rarement à ce que l’on peut appeler un coup de foudre. A peine 15 % des personnes interrogées reconnaissaient un sentiment aussi fort que le « love at first sight » [coup de foudre]. Pour la plupart, les sentiments sont beaucoup plus progressifs et s’élaborent au cours de la fréquentation commune.

Read more

L’adieu au shopping

L’adieu au shopping

J’ai acheté beaucoup de vêtements ces derniers temps. Impossible de venir en milieu professionnel avec un jean et mes vêtements « mous » d’étudiante. Je n’assumais pas le pull informe au milieu des complets assortis. Souvent gris à carreaux ou gris satiné, une nuance peu flatteuse mais c’est là un autre débat.

J’ai même pu faire d’une pierre deux coups : ouii, je vais faire du shopping mais me rendre dans cette friperie dans le Marais est juste un moyen comme un autre de découvrir Paris endroits par endroits, allons bon.

adieu-shopping2

Admirez ma capacité à inventer des excuses.

J’ai donc acheté, ces derniers 6 mois :

Read more

Conseils à consommatrice pendant les soldes

Conseils à consommatrice pendant les soldes

soldes

Refaire ma garde robe pour être toujours à l’aise est devenu une vilaine petite obsession. Mes envies de minimalisme m’ont compliqué la tache. J’avais envie d’acheter parfait : bien coupé, durable, éthique, pas trop cher. Presque inconciliable.

J’ai fait les choses à l’envers, achetant d’abord en friperie ces dernières années avant d’être désormais en mesure d’acheter neuf, et donc plus facilement.

Quelques leçons apprises ces derniers temps. J’espère qu’elles vous seront utiles.

Read more

Bonnes résolutions 2017

Bonnes résolutions 2017

Comme beaucoup, je ne suis pas une afficionado des résolutions de nouvel an. Celles-ci s’imposent d’elles-mêmes et sont l’objectif vers lequel je vais tendre, en faisant preuve de bienveillance si je n’y parviens pas.

nouvel-an1

M’organiser plus. En évitant les bullet journal et autres sytèmes chronophages. Sortir plus, accorder plus de temps à l’instant présent. Je vis dans LA ville des musées et ce serait vraiment dommage d’avoir étudié l’histoire de l’art pour ne pas prendre le temps d’y aller. Pour gérer les tâches ménagères aussi. En évitant de repasser mes vêtements en vitesse le matin, en ne farfouillant plus pour en trouver sur l’étagère car ils sont tous entassés dans le bac attendant sa lessive, en n’écoutant plus la voix du « oh il n’y a rien à manger et il est déjà tard, commandons donc une pizza ». Read more

L’expo Mexique du Grand Palais

L’expo Mexique du Grand Palais

Mexique, 1900-1950, jusqu'au 23 janvier 2017, Grand Palais (Paris)

Une expo pour qui :

Si vous avez une paire de chaussures confortables et au moins 2h30 devant vous (comptez plus en week-end pour rentrer dans le bâtiment), que vous avez des convictions politiques, un intérêt pour l’histoire, l’histoire de l’art, l’art en général, ou que vous voulez en prendre plein la vue avec une variété de styles et avoir la fierté d’avoir vu du Frida Khalo, Riveira, Orozco, Siqueiros … il est temps de vous rendre au Grand Palais.

Si vous n’êtes pas francilien, je vous laisse noter que le musée se situe sur la ligne 1, directement accessible depuis la Gare de Lyon, donc. Ca vaut le coup de prendre le train suivant si vous aviez quelque chose à faire sur Paris.

Une expo sur quoi :

L’exposition du Grand Palais, outre que toutes ses oeuvres soient très bien choisies, révèle un Mexique auquel on ne s’attendait pas et qu’on a vraiment envie de découvrir.

  • ses échanges avec le monde artistique occidental et l’influence qu’il a exercé sur lui, pour contenter la petite historienne de l’art en moi
  • son passé politique difficile, pour prendre une petite claque sur l’idée de révolution et rénovation sociale, et se dire qu’on n’a guère progressé sur le sujet à échelle mondiale en une cinquantaine d’années
  • son aspect politique, difficile de trouver un terme qui se démarque plus pour parler de comment les artistes mexicains de premier plan ont essayé de mettre l’art au service de leur pays et leur peuple, un texte très fort qui accompagne la partie sur David Alfaro Siqueiro, sur la lutte des classes.

Read more